La victoire de Donald Trump : quand le discours haineux séduit les masses

Source : Pixabay.com
Source : Pixabay.com

Mardi dernier, le 8 novembre 2016, restera à jamais un jour gravé dans l’histoire. Et dans ma mémoire, malheureusement. Ce soir-là, quelques professeurs de philosophie du Cégep de Sherbrooke avaient décidé d’organiser un visionnement collectif de la soirée électorale, ponctué d’analyses philosophiques et politiques. En compagnie d’autres étudiants, je suis restée clouée à mon siège jusqu’à 1 h 30 du matin, heure à laquelle on nous a demandé de quitter le Cégep. Les résultats finaux n’étaient pas encore annoncés, mais le sort était déjà jeté : Donald Trump allait gagner. Nous tous, professeurs, étudiants et analystes politiques, étions stupéfaits d’horreur : ce scénario n’était pas censé se produire. Il convient de rappeler quelques abjectes promesses que Trump a faites durant sa sordide campagne :

  • Bâtir un mur de 3200 kilomètres pour séparer les États-Unis du Mexique;
  • Interdire de séjour tous les musulmans;
  • Défendre le droit de posséder et de porter une arme à feu;
  • Développer les énergies fossiles et retirer les États-Unis des accords sur les changements climatiques, tout en coupant le financement des organisations luttant contre les changements climatiques (ces promesses découlent du fait que Trump croit que les changements climatiques sont une totale invention);
  • Mettre la hache dans le Obamacare, qui visait à aider les familles à faible revenu à se procurer une assurance-maladie;
  • Baisser l’impôt de la classe moyenne, mais AUSSI des plus fortunés et des grandes entreprises;
  • Nommer à la cour suprême uniquement des juges pro-vie (anti-avortement).

Rappelons également que durant sa campagne, Trump s’en est pris de façon gratuite et vulgaire à de nombreux groupes : les femmes, les personnes noires, les musulmans, les personnes handicapées et  les Mexicains.

Je ne saurais expliquer à quel point cet homme est dangereux, mais SURTOUT, à quel point il est inquiétant qu’autant de personnes aient été séduites par ses idées de droite radicale. L’histoire nous le confirme : les foules sont facilement manipulables et enclines à s’associer à des discours haineux et identitaires. Je ne peux que terminer ce triste texte en rapportant à ma façon les paroles de Véronique Grenier, professeure de philosophie, lorsque la victoire de Trump est devenue évidente : Qu’est-ce qu’on vous apprend dans vos cours de philo? L’esprit critique. Maintenant, la nécessité de se servir de cet esprit critique devient plus qu’urgente. Nous devons nous méfier, combattre la haine, protéger les droits humains. Se servir de notre pouvoir par le biais des réseaux sociaux, en informant les gens.

Il y a une semaine, au Cégep de Sherbrooke, une cinquantaine de personnes dévastées ont regardé ensemble une puissante vidéo afin de retrouver l’espoir et le courage au milieu de l’affreux moment historique qui se déroulait devant leurs yeux. Voici donc cette vidéo, pour vous :

 

Mélissa Boissé

Sources :

Site Web du Devoir, « À travers le fiel, les promesses », 17 novembre 2016.

Site Web du Journal de Québec, « 9 promesses importantes de Donald Trump », 9 novembre 2016.

Site Web du Nouvel observateur, « Expulsions, mur, armes, avortement… Trump précise ses intentions », 14 novembre 2016.

Site Web YouTube, vidéo « The Great Dictator (1940) – Charlie Chaplin – Final Speech – Music – Hans Zimmer – Time – VOSTFR », 5 novembre 2014.