Les pléonasmes

Savez vous ce qu’est un pléonasme?

Source: Pixabay.com

Le pléonasme est une figure de style bien souvent involontaire que j’utilise parfois moi-même dans mes écrits. Cette fréquente erreur de français représente une répétition inutile d’un ou de plusieurs mots ayant le même sens dans une même phrase. Cet ajout n’est donc pas nécessaire pour la compréhension de la phrase. Par exemple, reporter à une date ultérieure : reporter signifie déjà que ce sera pour plus tard. On retrouve ce genre d’erreur tant dans la langue littéraire que dans le langage familier. Lorsque nous rédigeons un texte ou que nous nous exprimons à l’oral, nous devrions éviter ce type d’erreur.

Voici quelques exemples des pléonasmes les plus répandus :

  • Autogérer soi-même…………………………. Autogérer
  • Monter en haut………………………………… Monter
  • Descendre en bas……………………………… Descendre
  • Se lever debout………………………………… Se lever
  • Refaire une deuxième fois………………….. Refaire
  • Prévoir à l’avance……………………………… Prévoir
  • Entrer à l’intérieur…………………………….. Entrer

En espérant que cet article vous aide à corriger ces tics grammaticaux indésirables!

 

Andréanne Lefebvre

Source :

Site Web de l’Université d’Ottawa, Visez juste en français, « Les pléonasmes ».

Les impropriétés

Source : Pixabay.com
Source : Pixabay.com

La semaine dernière, mon article portait sur les barbarismes. Cette semaine, j’ai décidé d’aborder un autre type d’erreur de vocabulaire, qui peut facilement être confondu avec les barbarismes : les impropriétés.

Une impropriété est l’utilisation d’un mot ou d’une expression dans un sens fautif. Alors que les barbarismes sont des erreurs en lien avec la forme d’un mot, les impropriétés sont pour leur part des fautes touchant le sens du mot. Le mot employé existe bel et bien dans la langue française, mais il est utilisé d’une façon qui ne fait pas de sens dans un contexte donné.

Voici deux impropriétés couramment entendues :

Signaler

Signaler (quelque chose) signifie annoncer par un signe ou des signaux. Le sens d’attirer l’attention d’une personne pour lui faire voir une chose est également accepté. Donc, lorsqu’on emploie le terme « signaler » dans un autre sens que ceux-ci, cela devient une impropriété. Exemples :

  • Pour joindre la réceptionniste, veuillez signaler le zéro.

Forme correcte : veuillez composer le zéro.

  • Pour une urgence, signalez le 911.

Forme correcte : composez le 911.

Pension

Une pension désigne une somme d’argent accordée par l’État ou par un organisme en reconnaissance d’anciens services rendus. Par contre, le terme pension ne peut remplacer le terme retraite. Cela constituerait une impropriété.

Exemples :

  • Beaucoup d’employés rêvent de prendre leur pension à l’âge de cinquante-cinq ans.

Forme correcte : prendre leur retraite.

  • Depuis qu’ils sont à leur pension, mes parents partent plusieurs mois par année en Floride.

Forme correcte : depuis qu’ils sont à leur retraite.

 

Mélissa Boissé

Sources :

Site Web de la Banque de dépannage linguistique, « Qu’est-ce qu’une impropriété? », 2016.

Site Web de la Banque de dépannage linguistique, « Signaler », 2016.

Site Web de la Banque de dépannage linguistique, « Pension », 2016

 

Si j’avais!

 

581ce3b9278864e11bb18609127fd2ef7da1a59e1253f3141345f3369eb53cb3
Source : quickmeme.com

La beauté de la langue française est bien souvent massacrée au Québec. J’oserais me prononcer sur le fait que l’erreur de français la plus répandue et la plus entendue est sans aucun doute l’utilisation du conditionnel.

On a tous un souvenir d’avoir déjà entendu à la petite école :

« Les SI mangent les RAIS! »

Pourtant, plusieurs d’entre nous répètent tout de même cette erreur. Moi-même, je maîtrise cette règle que depuis peu. Après m’être fait reprendre maintes et maintes fois par mon conjoint, je peux vous assurer que maintenant je la connais, cette règle!

Selon moi, c’est une erreur de parler qui « griche » aux oreilles! Dire « si j’aurais » lors d’une date ou d’une entrevue, c’est un gros zéro!

Voici deux verbes que nous serions susceptibles d’utiliser lors d’une entrevue professionnelle, présentés sous leur forme conditionnelle :

Avoir

Si j’avais / si tu avais / s’il avait / si nous avions / si vous aviez / s’ils avaient
Si j’aurais / si tu aurais / si il auraient / si nous aurions / si vous auriez / si ils auraient

Pouvoir

Si je pouvais / si tu pouvais / s’il pouvait / si nous pouvions / si vous pouviez / s’ils pouvaient
Si je pourrais / si tu pourrais / si il pourrait / si nous pourrions / si vous pourriez / si ils pourraient

 

Andréanne Lefebvre

Les barbarismes

Récemment, j’ai entendu une personne employer ce terme qui m’était jusqu’alors inconnu. Après quelques recherches, j’ai décidé de vous faire part de mes découvertes.

Un barbarisme est une erreur de vocabulaire qui touche la morphologie du mot. Les deux types de barbarismes les plus fréquents sont les suivants :

  • Le barbarisme lexical : il s’agit de la déformation d’un mot en inversant deux lettres.

Ex. Aréoport pour aéroport, infractus pour infarctus, crocrodile pour crocodile.

  • Le barbarisme grammatical : erreur lors de l’accord d’un verbe.

Ex. Courrirait pour courrait, ils jousent pour ils jouent, vous faisez pour vous faites.

 

Mélissa Boissé

Sources :

Site Web de Mariko Beaupré, « Qu’est-ce qu’un barbarisme? », 12 décembre 2013.

Site Web de la Banque de dépannage linguistique, « Qu’est-ce qu’un barbarisme? », 2016.