Méchants pitbulls

Source : Pixabay.com
Source : Pixabay.com

Le débat sur la défense ou l’abolition de la race pitbull fait partie prenante de notre fil d’actualité depuis plusieurs mois déjà. Nous avons eu droit à quelques attaques de ces chiens musclés qui ont été grandement médiatisées au cours des dernières semaines. Les pitbulls sont-ils des chiens dangereux?

Si l’on recule de plusieurs années, ce croisement de chiens a d’abord et avant tout été conçu pour le combat. Un mélange entre le robuste bulldog américain et l’agile terrier. Ces chiens ont la génétique pour le combat, certes, par contre, l’éducation et l’environnement de l’animal a un impact beaucoup plus grand sur son comportement que les gênes.

Comme on dit: « Il n’y a pas de mauvais chiens, que de mauvais maîtres! »

La loi concernant l’interdiction d’adopter des chiens de type pitbull dans la grande ville de Montréal a finalement été adopté cette semaine. Les gens possédant déjà un chien de type pitbull pourront tout de même le garder en suivant plusieurs restrictions. Par contre, aucune nouvelle adoption de ce croisement de races ne sera possible à partir du 3 octobre 2016. Le règlement établi plusieurs points dont les propriétaires de ces chiens devront respecter afin de pouvoir garder leur meilleur ami, leur confident, leur animal de compagnie.

Les bêtes devront obligatoirement être micropucés, stérilisés, munis d’une muselière et d’une laisse d’un maximum de 1,85 m durant leur promenade. Les propriétaires devront s’équiper d’un permis et d’une médaille au coût de 150$ (au coût de 60$ pour tous les autres type de chien). Les frais pourraient s’élever jusqu’à 650$ pour les gens qui détiennent déjà un pitbull.

Avec tous ces frais à assumer, combien se feront arracher leur chier par manque de budget?

Bientôt, un « sanctuaire de pitbulls » sera mis en place et personne ne pourra les adopter, les sauver de cette fin non-méritée. C’est vers ce futur que nous marchons tranquillement.

Andréanne Lefebvre

Source :

Site Web de TVA Nouvelles, « Le règlement pour bannir les pitbulls à Montréal adopté », 27 septembre 2016.

 

Si j’avais!

 

581ce3b9278864e11bb18609127fd2ef7da1a59e1253f3141345f3369eb53cb3
Source : quickmeme.com

La beauté de la langue française est bien souvent massacrée au Québec. J’oserais me prononcer sur le fait que l’erreur de français la plus répandue et la plus entendue est sans aucun doute l’utilisation du conditionnel.

On a tous un souvenir d’avoir déjà entendu à la petite école :

« Les SI mangent les RAIS! »

Pourtant, plusieurs d’entre nous répètent tout de même cette erreur. Moi-même, je maîtrise cette règle que depuis peu. Après m’être fait reprendre maintes et maintes fois par mon conjoint, je peux vous assurer que maintenant je la connais, cette règle!

Selon moi, c’est une erreur de parler qui « griche » aux oreilles! Dire « si j’aurais » lors d’une date ou d’une entrevue, c’est un gros zéro!

Voici deux verbes que nous serions susceptibles d’utiliser lors d’une entrevue professionnelle, présentés sous leur forme conditionnelle :

Avoir

Si j’avais / si tu avais / s’il avait / si nous avions / si vous aviez / s’ils avaient
Si j’aurais / si tu aurais / si il auraient / si nous aurions / si vous auriez / si ils auraient

Pouvoir

Si je pouvais / si tu pouvais / s’il pouvait / si nous pouvions / si vous pouviez / s’ils pouvaient
Si je pourrais / si tu pourrais / si il pourrait / si nous pourrions / si vous pourriez / si ils pourraient

 

Andréanne Lefebvre